top of page

MYSTÈRES & SYMBOLIQUES

les objets sacrés

Swami Ajay : « On a constaté que, bien que les Bhajans soient chantés dans le monde entier, on n’a pas réussi à rééquilibrer l'énergie négative et l'énergie positive. En France, on a fait plusieurs Yagyas pour activer l'Énergie de ce pays et on a eu la vision de propager le Lingam à travers le territoire. La vision de Swami concernant la propagation des Lingams était très grande, mais les gens l'ignorent. Quand Swami a commencé à matérialiser des Lingams et à les donner aux gens, c'était pour apporter de l'énergie.

Alors, Baba a commencé à matérialiser plusieurs Lingams pour des gens venus de l'Europe et de tous les pays. Les gens ont transporté ces Lingams dans leur pays, partout dans le monde : en Amérique, en Italie, en France, en Angleterre... Swami n'a pas donné d'explication quand Il a matérialisé ces Lingams, Il a laissé les personnes libres de décider comment elles allaient entretenir les Lingams. Dieu sait ce qu'Il a lui-même mis dans ces Lingams. Dans chaque pays, il y a un objet qui apporte de l'Énergie. Vous êtes porteur de cette Énergie ; où que vous alliez avec ce Lingam, cette Énergie va se propager dans chaque coin du pays. Et puis, des personnes comme nous ont également matérialisé des Lingams. Ce n'est pas important qu'ils soient matérialisés... Vous pouvez penser qu'on a acheté ces Lingams et qu'on a fait du Yoga pour arriver à les garder à l'intérieur, si vous voulez. Il y a des gens qui parlent comme ça, mais ce n’est pas vrai.

Ce sont des objets très précieux, parce qu'ils ont été bénis et que l'Énergie est en eux. Vous allez rendre ces objets vivants à travers votre croyance. On est sûr d'avoir des Lingams dans le monde entier maintenant, qui peuvent faire le travail.

 

Depuis le 23 novembre 1993 jusqu'à maintenant, j'ai assumé la responsabilité de faire le travail de Swami. Entre le 8 décembre 1993 et 2015, en tout, on a matérialisé entre 2 800 et 2 950 Lingams dans le monde entier : en Inde, en France, en Angleterre, à l'Île de la Réunion, à Rodrigues, aux Seychelles, aux Maldives, en Sud Afrique, en Australie, en Malaisie... Plusieurs Lingams sont partis un peu partout. Ce n'est pas important si des gens croient que c'est truqué. On est sûr de ce qu'il y a dans ces Lingams et on peut dire à Swami qu'ils sont tous déjà éparpillés dans le monde entier. Même si la personne jette le Lingam dans l'océan, l'Énergie fonctionne dans l'océan. Si la personne le jette dans une autre place, il est toujours sur cette planète et il est en train de faire son travail en tant qu'Énergie. Nous, nous profitons de cet objet, mais l'objet ne s'intéresse pas à la personne. Vous pouvez mettre l'objet n'importe où, il fonctionnera toujours.

 

Au début je ne le savais pas, j'ai été obligé d'apprendre tout ça. Quand j'ai réalisé à quel point c'était extraordinaire, j'ai commencé à faire d'autres choses, avec la Grâce de Swami. »

Cet article se consacre aux matérialisations. Pour en savoir plus sur les manifestations divines spontanées d'Amrita et de Vibhuti, veuillez consulter l'article de sa biographie dédié aux miracles de 1993, ci-dessous : 

Swami Ajay matérialise des objets sacrés de toutes sortes dont les graines de Rudrakshas et les Lingams, en plus de la Vibhuti et de l’Amrita qui se manifestent à travers son corps. Lorsqu’il commenca son travail à l’international, il décida de préparer des objets traditionnels tels que les Yantras - qui ne sont pas forcément matérialisés - mais qui sont remplis d’énergie pour un travail précis. Pour en savoir plus, vous pouvez lire les satsangs des tournées 2014, 2015 et 2016 qui abordent le sujet.

Swami Ajay : « Le matériel sacré joue un grand rôle dans notre vie et dans le monde : les Mantras, les Tantras, les Rudrakshas, les Lingams, les Saligrams, les objets bénis, les statues bénies... Ce sont des objets qui ont des énergies. Ils ont un rôle à jouer pour nous et ils aident à apporter un équilibre au niveau de notre monde. Ces objets n’existent pas qu’en France, mais également dans plusieurs pays. Ces objets n’ont pas d’énergie négative, ils sont toujours 100 % positifs, quotidiennement et à chaque instant. Alors, ces objets sont en train de jouer un grand rôle dans notre monde, au niveau de l’Énergie. Tout ça est éparpillé un peu partout dans le monde et apporte de bonnes énergies. On utilise des objets parce que la capacité des êtres humains ne permet pas d’apporter suffisamment de bonnes énergies. On doit se servir de supports matériels, car on n’arrive pas à avoir un équilibre entre le bien et le mal. Le mal est plus fort que le bien...

 

Nous n’arrivons pas à traverser cette étape, sinon nous ne verrions pas tout ce qui se passe en ce moment dans le monde. C’est normal. Notre but est d’obtenir au moins un équilibre, en utilisant plusieurs supports. Vous êtes tous là pour servir cet objectif. Nous travaillons vraiment très sérieusement, en faisant des efforts.
Notre vision est de chercher à protéger certains pays, certaines îles ou certaines parties du continent qui sont vraiment dévoués. Plusieurs Maîtres œuvrent dans ce sens. Ils partent dans plusieurs pays et ils mettent quelque chose pour apporter une protection. »

Afin de protéger et d’aider les pays européens, Swami Ajay matérialisa de nombreux Lingams consacrés : un pour le Portugal en 2000 et un pour la France en 2001, lors des tout premiers Yagyas. Il en matérialisera trois de plus quelques années plus tard, dont un qui ne fonctionne plus (explications fournies). Ces œufs de pierre appelés Mohinis furent scellés sur des supports en marbre, devenant ainsi ‘Shivalingam’.

 

Explication complète : En forme d’œuf ou de colonne, ils sont la concrétisation de la force de Shiva. S’il est posé sur un socle, le Lingam (œuf) qui est appelé Mohini devient alors un Shiva Lingam. Si le Shiva Lingam est un objet de culte dans un temple, il est Achaal Lingam. C’est-à-dire qu’il est scellé et on ne peut pas le bouger. S’il va de lieu en lieu pour y porter sa force et ses énergies bénéfiques, comme les trois Shivalingams de France et Belgique, il est Chaal Lingam. Les Lingams sont la concrétisation de l’énergie unique (Shiva), qui devient créatrice par sa Shakti (énergie dualiste). L’Un engendre la multiplicité… Le Lingam est l’émergence des 5 éléments primordiaux, le Sans-Forme prenant forme.

Le Lingam est l’Essence de tous les noms et de tous les attributs de Dieu, c’est pourquoi il est de forme ovale. Dans un œuf, la Création entière est contenue. L’objet visible matérialise le sans-attributs qui est invisible.

Swami Ajay explique : « Quand un Français que j'avais rencontré en Inde est venu à Maurice pour assister à Mahashivaratri, je lui ai expliqué que des Yagyas se feraient un jour en France ; pas qu'un Yagya, mais plusieurs Yagyas. Il m'a demandé ce qu'il pouvait faire et je lui ai répondu : « Pour l'instant, prenez un lingam et faites l'Abisheka sur ce Lingam, en France ».

C'était important qu'un Lingam entre en France, car c'est mon ambassadeur. Avant de venir, il fallait envoyer quelqu'un pour préparer le terrain. Le Lingam n'a pas besoin de passeport ni de visa pour venir en France, il ne tient pas beaucoup de place et ce n'est pas nécessaire de lui acheter un billet d'avion. À travers ce Lingam, on a envoyé l'Énergie vers le pays ! Si la personne ne prie pas ou ne fait pas l'Abisheka, l'Énergie va quand même travailler. Donc quand le premier Lingam est arrivé en France, l'Énergie a commencé à travailler. Ensuite, d'autres Lingams sont venus en France. »

 

« Ce n'est pas nécessaire de faire bénir un Lingam !

Profitez du Lingam pendant l'Abisheka, parce qu'un Lingam est déjà au-delà de toutes les bénédictions. Il y a tellement d'Énergie dans un Lingam, qu'il est inutile de le donner à quelqu'un pour le faire bénir et le recharger. Cette énergie est toujours là pour l'Univers, pour le village, la maison et l'entourage. Quand vous faites un rituel sur le Lingam, il vous permet d'utiliser cette Énergie. Si vous tenez le Lingam dans votre main, et que vous priez pour qu'il vous aide plus, avec votre croyance, l'énergie peut se diffuser dans votre corps physique, dans votre Aura et dans votre pensée. Parce qu'à ce moment-là, l'Énergie va s'activer.

 

Cela va vous protéger, vous apporter plus de bien à l'intérieur de vous. Il n'y a pas d'Énergie féminine ou d'Énergie masculine dans un Lingam. Il y a une seule chose, c'est le Paramatma, c'est Dieu qui est sans attribut.

Dieu est tout, Il est Omkar, le son primordial, le verbe. »

LES LINGAMS ET LES SALIGRAMS

LE SHIVALINGAM DU BHAJAN HALL

« Quand on calcule, on sait quel est le Shivalingam qui est approprié d'après les 1008 Noms des Shivalingams. À Maurice, cela nous a pris 18 mois pour préparer le Shivalingam du Bhajan Hall. Il est petit et en cristal, mais il nous a demandé beaucoup de temps de préparation, pour le Bhajan Hall, pour le village, pour toutes les circonscriptions de Maurice et pour les trois îles. On a pris la responsabilité de faire l'Abisheka tous les lundis. Nous utilisons un appareil qui fait tourner le Shivalingam automatiquement, de 18 h 00 à 5 h 30, et en même temps cela donne l'Énergie. Avec un Shivalingam propice, très bien calculé pour un certain lieu, que l'on fasse des prières ou pas, cela ne change rien. On profite de cette Énergie ; elle tourne toujours, 24 heures sur 24, parce qu'elle est là pour protéger la place. Le reste des Shivalingams, c'est pour la dévotion et ça marche. »

Article « Le Lingam au cœur d’Or » du site Sai Chakra, par Thierry Laurent

« Peut-être ne connaissez-vous pas l'histoire de cette photo. Ce lingam fut manifesté lors d'un discours que Swami prononça devant les étudiants de l'université de Whitefield. Nombre de gens ont été guéris en mettant leur corps en contact cette photo. Un docteur indien, le Dr Doraisingham de Londres, ressuscita un enfant en apposant cette photo contre son corps. Sai Baba explique : « quel que soit l'endroit où l'on garde cette photo, des bénédictions, des guérisons et des miracles auront lieu. »

Connie Shaw parle de cet événement dans son livre "Mary's Miracles and Prophecies" dont voici un extrait :

« Le 5 mai 1991, Bhagavan Shri Sathya Sai Baba a matérialisé un œuf d'or, qui a plusieurs noms et qui est riche de symboles. Baba a déclaré que le Hiranyagarbha lingam (le lingam au coeur d'or) contient l'univers entier dans une forme microscopique. C'est une manifestation de la Trinité Brahma, Vishnu, Shiva (de Dieu en tant que Créateur, Conservateur et Destructeur). C'est également la conscience atmique (l'Esprit Saint) - tel le fil qui parcourt un collier de perles. C'est le coeur spirituel. »

Dans le Musée des religions à Puttaparthi, on peut lire une citation de Swami se référant au lingam (aux lingams en général) comme étant « la graine cosmique de la Création ». Après que Baba l'ai matérialisé, il déclara que c’était une grande bénédiction pour tous ceux qui détenaient cette photo et qu'elle devrait être dans chaque foyer. L'énergie de Swami passera à travers cette photo et accomplira des miracles. C'est la première fois que quelqu'un a entendu Baba parler ainsi à propos d'une photo. 

Le Dr M. Doraisingham, que je n'ai jamais rencontré et qui m'a envoyé cette photo d'Angleterre, m'a également adressé une lettre d'une page et demie dans laquelle il me narre l'histoire suivante : « Baba se tenait debout sur l'estrade de l'auditorium devant l'Assemblée réunie à l'occasion des Cours d'été. Il venait juste de matérialiser le Lingam d'Or lorsqu'Il demanda au Professeur Sampath de tenir le lingam un instant afin que Baba puisse examiner le programme culturel des étudiants. Le professeur Sampath est le Vice Recteur de l'Institut Shri Sahtya Sai d'études supérieures à Puttaparthi, dans le Sud de l'Inde.

Il fut littéralement transporté. Durant l'heure que le Professeur dû tenir le lingam, une chaleur l'envahit et il tomba dans un état d'extase divine. Après la clôture du programme culturel, Swami fit une petite farce au Professeur Sampath. Il toucha la poche du professeur comme s'Il enlevait quelques poussières. Plus tard, alors qu'ils étaient ensemble en voiture, Baba demanda au Professeur de Lui rendre le lingam d'Or. En proie à de vives émotions, le Professeur s'empressa pour le rendre à Swami, il chercha partout … dans la poche de sa chemise, dans celle de son pantalon, sur le siège de l'auto- mais il ne le trouva point. En définitive, Baba éclata d'un rire joyeux et déclara qu'Il avait renvoyé le Lingam là où Il l'avait pris. »

Le Dr Doraisingham poursuit : « Swami dit qu'Il a créé l'Univers pour son propre plaisir et de Sa propre volonté à partir du mot AUM. Ici encore, Il prouve ce fait par la matérialisation d'un univers microcosmique en quelques secondes d'un simple geste de la main et par Sa seule Volonté. C'est là l'incroyable puissance de notre Suprême Seigneur Sai, dont nous ne pouvons appréhender la Gloire. Mais grâce à un tel exemple, nous pouvons en avoir un aperçu… »

Le Dr Doraisingham a également déclaré le 7 juin 1991, alors qu'il se rendait au darshan pour voir Baba qu'il rencontra par hasard sur son chemin une mère tenant son enfant décédé dans ses bras. Le docteur venait juste de recevoir la photo du lingam d'Or et il l'apposa contre l'enfant. L'enfant venait de tomber d'une camionnette bondée sur la chaussée et était mort sur le coup. Il chanta OM Sai Ram plusieurs fois, puis pria Baba et fit à l'enfant un massage du coeur et de l'abdomen. L'enfant décédé revint à la vie grâce à l'énergie de Sai qui se dégageait de la Photo. Le lendemain, au cours d'une entrevue avec un ami du Dr Doraisingham, Baba confirma l'incident.

Baba a fait en sorte que le médecin s'arrête, soigne l'enfant avec la photo, et déclara par la suite au Professeur Anil Kumar, « L'enfant était déjà mort à ce moment là ».

Il est dit également au sujet de cette photo : La méditation sur ce Lingam (Hiranyagarbha : Matrice de Lumière Dorée) apporte force et lumière, car cette photo est emplie de la puissance du Verbe (OM ou AUM), de la Pensée et de l'Amour de l'Avatar (Sathya Sai Baba). »  (ci-dessous)                              

HIRANYAGARBHA LINGAM

Swami Ajay : « Vous vivez dans un pays très intelligent. Pour nous, les Mauriciens, ça coûte très cher de venir ici. Quand quelqu'un est très malade, l'hôpital ou le docteur nous dit de venir en France. Pour envoyer un de nos enfants faire des études de médecine en France, ça nous coûte très cher. Dès que notre enfant est âgé de deux ans, nous devons commencer à économiser. Vous avez de la chance ! Il faut toujours regarder le positif. J'ai visité l'hôpital de Lisbonne, au Portugal, c'est impeccable. Les soins, les appareils et la gentillesse que vous avez... Nous n'avons pas tout ça chez nous. Il faudra attendre vingt ou trente ans pour que l'Île Maurice arrive à ce niveau.

 

Ce n'est pas possible d'être parfait, mais vous avez des avantages qui vous permettent d'économiser beaucoup d'argent. Vous avez reçu assez d'éducation pour arriver à raisonner, à réfléchir avant de parler et à être capables d'éliminer la différence. On a la mauvaise habitude de comparer les enfants et de faire des différences entre eux : « Mon enfant est plus intelligent que cet autre. » Et puis, on continue : « Cet humain est meilleur que celui-là », « Mon pays est meilleur que les autres », « Mon argent est plus fort que cette monnaie étrangère ».

À cause de toutes ces comparaisons, les humains ont commencé à se disputer pour le pouvoir... Maintenant, quand j'entends dire que « ce Shivalingam est plus joli que cet autre Shivalingam ». Et ça me fait vraiment mal... Même chez nous, on ne trouve pas ce type d'attitude. Comment le pays peut-il être qualifié d’intelligent, alors que ses habitants parlent ainsi ? … Pour chaque mère, son enfant est le roi de ce monde. Chaque maman aime son enfant. Essayez de faire devenir votre coeur comme celui d'une maman. Il ne faut pas juger ni faire de différences. D’ailleurs, si vous faites l’abishekam sur un des Shivalingams, tous les autres sont adorés en même temps : il n’y a pas de différence dans l’essence qui anime tous ces Lingams. C’est l’énergie divine qui a pris plusieurs formes.

 Tout est bien... Chacun, dans sa planète, dans son pays, est joli. Il n'y a pas de différence dans les Shivalingams. On a fait ça pour le pays car nous n'avons pas beaucoup de temps. Vous, vous pensez que vous avez beaucoup de temps. Mais on est en train de tout faire très, très vite et de se précipiter, au contraire. Alors, respectez tous ces Shivalingams. Si vous avez la chance de recevoir un Shivalingam, faites l'Abisheka et faites-le circuler vers une autre place. 

 

Vous recevez le Trilokeshwaranath Lingam ? Vous avez de la chance parce qu'il faut que Lui, le veuille, sinon ça n’arrive pas. 


Pourquoi a-t-on fait cela ? - C'est pour que la France en profite vraiment.


On a commencé par faire un Shivalingam, mais on a constaté que le pays est grand. Pour moi, ce n'était pas important de faire plusieurs Shivalingams, mais je vois que le temps passe. Avec les Yagyas et tout ce qu'on fait, on n'arrive pas à faire progresser l’énergie... Vous, vous n'avez pas de comptes à rendre à Swami, mais moi, j'en ai. Vous n'avez pas de mission, vous êtes avec moi. La mission est sur mes épaules et je suis obligé de l'accomplir de n'importe quelle façon. Si les Yagyas de trois jours s'arrêtaient, il faudrait que je cherche à accomplir ma mission autrement, avec un Yagya de 15 jours ou de 20 jours. Je n'ai pas le choix. C'est très important. Je ne viens pas en France juste pour faire un rituel, non, c'est une mission que Swami nous a donnée, de la même manière qu'à Maurice aussi. J'espère que mon corps physique me permettra d'arriver à terminer toutes ces choses. 


Chacun a sa façon de communiquer avec Dieu. Il vous faut respecter tout ce que vous avez dans votre pays, pensez toujours en bien de votre pays, sans faire de différences. 


Tout ce que nous sommes en train de faire, nous le faisons pour le bien. » 

IL N'Y A PAS DE DIFFÉRENCES ENTRE LES FORMES

Les Mohinis (œufs sacrés, « Mohini » signifiant littéralement « très joli, envoûtant par sa beauté, hypnotisant ») matérialisés par Swami Ajay pour les pays européens sont placés sur des supports en marbre, devenant ainsi ‘Shivalingams’. On les appelle « Chaal Shivalingams » : « Chaal » signifie « mobile », qui peut se déplacer.

Au fil des années, Swami Ajay prépare 5 Shivalingams qui ont pour vocation de se déplacer et de distribuer l’énergie divine partout, dont 1 pour le Portugal et 3 pour le territoire franco-belge. Les Lingams sont accueillis d’une maison à l’autre chez les fidèles qui souhaitent recevoir la divine énergie et participer à son travail. Ils peuvent organiser des rituels en groupe ou chez eux... Grâce à ces périples annuels, l’énergie du Lingam peut se propager partout. Ces Shivalingam permettent de rattraper du temps spirituellement, de stabiliser et équilibrer les énergies en plus du Yagya. Swami Ajay expliqua en 2015, pendant le Yagya de printemps : « Chaque Shiva Lingam a un nom d'après ses qualités, le pays, l'endroit. Puisque le Mohini a été matérialisé en Europe, on a calculé l'énergie d'après ce continent et son océan. »

CHAAL & ACHAAL SHIVALINGAMS

LES SHIVALINGAMS EN FRANCE ET EN BELGIQUE

💫 Jyothirshwaranath Lingam : pour la Belgique et le Nord de la France, jusqu’à Paris. Le Mohini de ce Shiva Lingam est associé avec Shiva et Vishnu ensemble. Son but est de voyager le plus possible, de visiter un maximum d’endroits pour y répandre ses grâces.

 

JYOTIR = la lumière divine

SHWARA = Vishnu, forme qui nous apporte la lumière dans le monde.

NATH = « Seigneur », se référant ici à Shiva, qui protège cette lumière pour toute l’humanité. Ces deux formes (Shiva et Vishnu) sont inséparables et représentent deux aspects d’un seul Dieu, la Grande Lumière.

💫 Trilokeshwaranath Lingam : matérialisé pendant le Yagya de 2012 en Belgique, pour le centre de la France depuis Paris jusqu’en Rhône-Alpes. Il a été scellé sur un support en marbre pendant le Yagya d’avril 2013 au Portugal. Porte les énergies de BRAHMA, VISHNU et SHIVA, qui protègent les trois Lokas, les trois mondes.

 

TRILOKE = représente les 3 planètes (*) et 3 formes en sont responsables

ESHWARA = la forme de SHIVA qui est responsable des 3 planètes (lokas).

NATH = « Seigneur, Dieu lui-même ».

 

TRILOKESHWARANATH Lingam = Dieu, ou l'énergie qui est venue pour protéger nos 3 planètes et tous les êtres qui en font partie. Il est là pour protéger et donner Sa grâce. Il est aussi la forme de BRAMHA, VISHNU et MAHESH, la forme du Créateur, Préservateur et Destructeur ; l’équivalent du Dieu unique, Un et Trin en occident.

Les 3 planètes ou les 3 lokas : Mrityuloka, Pathaloka et Swarloka. Ces trois mondes interagissent les uns avec les autres et sont entrelacés. Ils sont parfois comparés aux concepts occidentaux de paradis et d’enfer bien qu’ils en soient assez différents…

- Mrityuloka, Pritthviloka : monde matériel où nous vivons, perceptible par les 5 sens, et visible. Aussi appelé « monde mortel ». C’est un monde de transition ; on s’est incarnés, on vit, puis on s’en va. Pritthvi, c’est la « planète Terre », et Mrityun, « la place mortelle ». 

Shiva explique à Narada : « Il est temps pour les âmes de partir vers la terre de la mort, Mrityuloka, parce qu’ils ont des devoirs à compléter. Nous allons envoyer toutes ces personnes sur cette terre afin qu'elles arrivent à accomplir leurs devoirs. Après avoir tout complété, ils vont laisser leurs corps et revenir chez Moi. »

- Pathaloka : monde souterrain, chemin pour arriver sur la Terre. Tout être humain y passe avant de naître et de s’incarner. Selon les textes, sous la terre résidait Ahiravan (un des frères de Ravana). Après que Rama ait détruit Ravana et son frère Ahiravan, le fils d'Hanuman prit la responsabilité de cette planète.

- Swarloka : on peut le comparer au ‘paradis’ mais en vérité, cette description n’est pas précise. C'est en fait la maison des Devas, l’équivalent des Anges en occident, la maison des grandes énergies, des ministres de Dieu (saints et saintes). C'est l'endroit où toutes les décisions se prennent… Tout comme les Anges invisibles à l’œil mortel, ce monde-ci est également pure intelligence spirituelle, en contact avec Dieu. Les pieds des Devas sont à 3 pieds au-dessus de nous.

💫 Maheshwaranath Lingam : créé pour le Sud de la France. Matérialisé par Swami Ajay pendant le premier Yagya en France en 2001, dans le Gard, au château de Terargue. Il a ensuite été scellé sur un support en marbre.

 

MAHESH, ESWARA = Shiva.

SHWARA = place où il fait son travail, le Prithivi Loka

MAHESHWARANATH Lingam = la forme que SHIVA a pris pour protéger la terre.

 

Satsang de Swami Ajay pendant le Yagya 2018 : « Trois Shivalingams voyagent actuellement en France et ils ont demandé beaucoup de sacrifices pour les réaliser. Un Shivalingam est un objet de dévotion que les gens, en Inde, ne partagent pas. Il est scellé dans un temple la majorité du temps et les gens doivent se déplacer. Il n’y a pas beaucoup d’objets de dévotion en France qui sont en rapport avec le travail que je fais et pour l’énergie. On a fait des Yagyas avec des dévots pour que l’énergie se propage et protège la France, et on a fait les Shivalingams. Peu de personnes connaissent les rituels et malgré cela, l’énergie reste dans le Shivalingams, car nous avons scellé dessus des Mohinis.

Le Mohini est une puissance extraordinaire. Il est très rare que quelqu’un puisse matérialiser un Mohini car cela demande beaucoup de sacrifices, une alimentation stricte ainsi que le contrôle de ses pensées, de ses actes et l’abstinence. Deux à trois mois en avance, il faut que votre corps et votre cœur soient purs car vous ne savez pas quand le Mohini se matérialisera, seul Dieu décide. Il faut que les Shivalingams aillent partout et je n’avais pas pensé que la France était aussi grande. Ainsi, en voyageant, on a matérialisé beaucoup d’objets dont des Rudrakshas. Cette graine a une certaine énergie, mais elle s’estompe dans le temps. C’est pour ça qu’on a aussi fait les lingams. Il fallait que la personne en veuille un, je ne le proposais pas, cela devait être son choix. Puis le lingam partait en France, avec son énergie. C’est important dans mon travail ; lorsque je pars en méditation profonde, chaque lingam est une lumière que j’aperçois et qui me permet de venir chez vous. S’il n’y avait pas ça, ce serait impossible de venir sans l’aide d’un maître. Sa présence serait obligatoire pour sortir et revenir dans le corps mais, grâce aux lingams, la chose devient facile. Les Yantras permettent aussi de se passer de la présence d’un maître.

Ainsi, je viens si une personne m’appelle pour un problème de santé ou par dévotion, mais il serait plus sage d’appeler Dieu.

Le Mohini a une énergie qui se diffuse, même quand il est enfermé dans une boite ou un lieu. Il restaure les énergies présentes sur le lieu et même celles rencontrées pendant qu’il voyage en voiture, d’où l’importance de plusieurs Shivalingams. Un jour, vous comprendrez pourquoi tout cela a été fait ; à travers les évènements, vous découvrirez la force de ces objets. Ce sont les lieux, que nous rechargeons. Ce que vous faites pour l’instant, c’est de l’amusement, chanter les bhajans, nettoyer les lieux… mais tout cela aura son importance plus tard. C’est pour le futur et pour l’humanité. Il faut que les Shivalingams voyagent. Faites-en sorte que les Shivalingams bougent encore car un jour, ils deviendront immobiles... Il y aura une place fixe avec le Shivalingam à un endroit et les yantras seront contrôlés de cet endroit comme cela existe maintenant à l’île Maurice. Alors ce sera à vous de venir vers le Shivalingam. Actuellement, vous avez de la chance qu’il voyage. Tout cela se fera au moment opportun. »

 

En 2017 : « Un Mohini est une banque qui contient tous les types d'Énergies, pour les quatre océans ; cela fonctionne vraiment 24 heures sur 24. Donc, on a fait l'effort de faire venir le Mohini pour rattraper du temps, mais c'est un engagement très sérieux. Les gens ont le droit de dire que c'est faux, parce qu'ils n'ont pas suffisamment de connaissance et ils ont peur, mais eux aussi aiment leur pays et leur planète. Cependant, on est obligé de faire le travail que Dieu nous a donné. Alors, on a fait venir ce Mohini et on l'a fait coller sur le Shivalingam. Les gens qui croient sont en train de faire leur devoir. On a pensé à faire circuler le Shivalingam à travers le pays. Quand les gens viennent chercher le Shivalingam, ils le font voyager et l'Énergie de ce Mohini peut se propager partout, dans le train, dans l'autobus ou la voiture et dans plusieurs places. L'Énergie de ce Mohini part très, très loin, parce qu'on a très peu de temps. Avant que les grandes catastrophes naturelles arrivent, on essaye de mettre certaines places en sécurité. On fait ce qu'on peut, mais on ne connaît pas la Volonté de Dieu. Il faut prier, c'est ce que nous faisons.

Après avoir créé le premier Shivalingam on a constaté que le pays était très grand. Un Shivalingam n'arrivait pas à couvrir tout le territoire français en une année. On a cherché à rattraper du temps en créant un deuxième Shivalingam, si des personnes peuvent en assumer la responsabilité. Une dame a voulu le deuxième Shivalingam pour la France. Elle est venue au Portugal, elle a fait préparer le support et on a collé dessus le deuxième Mohini pour la France. Ce Shivalingam ne fonctionne pas en France, c'est un autre Karma, on ne peut rien faire. (Il n’est pas listé ci-dessus.) C’est à cause de l’égo, la personne a voulu le garder pour elle. Alors, on a créé un troisième Shivalingam, avec un autre type de Mohini. Maintenant, il y a donc deux Shivalingams qui fonctionnent en France ; il faut faire l'effort de les propager. Faites comme vous voulez, pour moi c'est important que cela fonctionne.

C'est un Mahabharata, il faut que la Vérité triomphe. À présent, on a donné un nom aux Shivalingams et il faut faire en sorte qu'ils se propagent un peu partout. Malgré la présence de ces deux Shivalingams, j'ai vu sur la carte de France que le Shivalingam ne va pas dans certaines zones, car elles sont inhabitées. C’est important de prendre en considération les lieux où il n'y a pas d'habitants et d'y mettre des Énergies qui vont toujours aider à protéger la terre. C'est le travail que nous avons commencé à faire. On a besoin de votre aide. Demain, si on voit que les Shivalingams ne fonctionnent pas, ils vont se retourner… Il existe d'autres dimensions où on peut intervenir, mais on ne peut pas le faire tout de suite. On vous laisse faire le premier pas, si on voit à l'avenir que cela ne marche pas, on utilisera d'autres solutions.

De n'importe quelle façon, on est obligé de faire quelque chose pour cette planète. Je ne sais pas pourquoi je vous dis tout ça maintenant, mais Dieu a mis quelque chose à l'intérieur de nous pour qu'on parle de tout ça. »

Swami Ajay : « Pourquoi les humains prennent-ils un bain ? C’est pour nettoyer le corps, qui ne sera de toute façon jamais propre car il est constitué à partir de la terre et des 5 éléments. De la même manière, l’Abishekam sert à laver notre cœur de toutes ses impuretés. On peut utiliser un nombre variable d’ingrédients (3, 9, 11, 12, 21 ou 108). Lors d’une Maha Abisheka, on sert 108 fois, ou même 1008 fois chaque ingrédient. Ces explications figurent dans les Védas. Un Abishek est une conversation entre l’Atma (le Soi individuel) et Paramatma (le Soi universel). En jetant le riz, au commencement du rituel, l’Atma demande à Dieu qui est ici sous la forme de Shiva, l’autorisation de faire cette Abisheka. Comme Shiva a gardé le poison qui devait détruire le monde dans Sa gorge, on fait l’Abisheka pour calmer le feu qu’il a en lui : le lait sert à refroidir Sa gorge. Puis, on le lave ; l’eau représente Son bain. Le safran est offert pour demander à Shiva de redevenir comme il était avant d’avoir avalé le poison, et d’enlever tous nos obstacles. L’eau de rose est Son parfum. On pratique tout ça pour demander à Dieu de nous aider à devenir comme Lui. Ne cherchez pas nécessairement à reproduire le rituel tel qu’il a été fait à Maurice ou dans un centre en France ; il est toujours préférable d’agir en fonction de ce que dit notre cœur. Ce qui compte, c’est la dévotion…

 

La profondeur de notre dévotion, jamais on ne va réussir à la mesurer. C’est très, très profond, la dévotion. La dévotion pour Dieu, c’est un engagement. La dévotion c’est une conversation avec lui. C’est l’envie de faire. La dévotion, c’est vraiment très, très grand. Un Abishek, c’est une forme de dévotion. Ce sont des moments qu’on cherche pour communiquer avec la forme. Parce qu’il est toujours là… Il nous attend à bras ouverts : quand ses enfants vont venir parler avec Lui ?

Pourquoi les rituels existent ? – c’est juste pour qu’on réussisse à prendre du temps pour être toujours avec cette forme. Dieu, il est partout et son énergie se manifeste partout, mais on ne le voit pas. On peut ressentir qu’il est là : dans la nature et dans chaque coin de notre univers.

 

Mais au moment où on a une forme devant nous, il y a l’énergie qui vient se manifester dans cette forme. Ça nous donne une certaine opportunité pour communiquer, pour parler et pour passer quelques moments avec lui. Il est là, dans cette forme. Et c’est notre dévotion qui se manifeste dans tous ces petits gestes qu’on fait. La dévotion se manifeste dans la forme de l’adoration. La dévotion se manifeste dans la forme d’un bain sacré. La dévotion se manifeste dans la forme d’offrandes…

 

La dévotion se manifeste dans la forme de « prosterner aux pieds de notre seigneur ». C’est l’envie de faire. Dès le moment où on a vraiment la dévotion, ça peut changer et améliorer notre façon de vivre.

 

Elle peut éliminer tous les obstacles qui existent dans notre vie.


La dévotion, en d’autres mots c’est l’amour pour quelqu’un. Quand on voit la relation entre Jésus et Marie-Madeleine, c’est la dévotion ! Quand on voit dans le Ramayana : la dévotion de Hanumana pour Rama, c’est la dévotion. C’est l’amour ! Quand on voit la dévotion de la maman Meera pour Krishna, c’est l’amour… quand on voit vraiment la dévotion de Sudama et Krishna, l’un pour l’autre, c’est l’amour. Quand on voit dans le Ramayana, la dévotion de la maman Shabari pour Rama, c’est l’amour.

LE BAIN SACRÉ : ABISHEK

La dévotion en sanskrit, on appelle ça « Bhakti ».

« Bha » en sanskrit, c’est « Bhagawan » - c’est Dieu.

« akti » c’est l’amour. C’est Prem, un amour pur et désintéressé, altruiste.

Alors, « là où il y a l’amour, il y a toujours Dieu qui est présent. » Mais l’amour c’est très, très profond, encore une fois. La dévotion et l’amour, ça marche toujours ensemble. Ensuite, les types de dévotion (Navavidha Bhakti), il en existe 9. Le rituel est une façon de mettre en pratique les neuf types de dévotion. »         

                             

 - Tournée Européenne 2015